Archive

Posts Tagged ‘Wolfspring’

Chronique de Wolfspring – Who’s gonna save the world?

30 janvier 2013 1 comment

Wolfspring - Who's Gonna Save The World_

Premier album de cette année à figurer dans la liste des meilleurs et élu album du moment, le second opus de Wolfspring, le projet à orientation plus métallique de Jean-Pierre Louveton, guitariste, chanteur et compositeur du groupe français de rock progressif Nemo, ne m’a pas, je l’avoue, séduit immédiatement contrairement à son prédécesseur. En effet, légèrement désorienté par son approche moins progressive, moins technique (il me semble) et plus « ambiantique » et même par une accointance certaine avec le metal lourd de Black Sabbath (et pas seulement par la reprise du titre « Wheels Of Confusion »), mon premier sentiment fut partagé. Mais quelques écoutes plus tard, le temps de bien m’imprégner des atmosphères développées et de ses nombreuses émotions tout au long des 65 minutes de cet album, mes humeurs musicales à son sujet ont évolué positivement.

Rentrons donc dans le vif du sujet avec un premier morceau intitulé « Ninety Nine » démarrant par une introduction instrumentale longue d’environ 2 minutes, au rythme relativement rapide pour ensuite s’adoucir avec la voix plutôt apaisante de Julian Clemens. Le tempo ralentit fortement et imprime même une certaine lourdeur. Celle-ci sera d’ailleurs à quelques exceptions près omniprésente sur tout l’album. Dès ce morceau terminé, un sentiment relativement mitigé m’anime. Mais la suite l’évacuera rapidement. En effet, dès les premiers riffs de « Rats », le second titre, nous comprenons que Jean-Pierre ne doit pas être insensible au talent de compositeur et de musicien de Tommy Iommi. A nouveau un tempo plutôt lourd avec un refrain très atmosphérique pour ce titre d’une grande efficacité à défaut d’être des plus originaux. « In The Shade » constitue sans doute l’un de mes titres préférés. Un début tout en douceur et légèreté puis, une intensité progressive pour nous plomber d’un riff implacable, toujours lourd et digne d’un Black Sabbath de la grande époque. L’accent est avant tout mis sur l’atmosphère et les émotions véhiculées par le jeu de guitare de Jean-Pierre. Le feeling prime sur la technique et les frissons sont garantis. Le thème musical est prenant et fera d’ailleurs l’objet d’une reprise dans « Different Colors Of Life », l’avant dernier titre. Le titre suivant « Race Against The Clock » est purement instrumental et nous prouve que le guitariste de Nemo privilégie à nouveau une musique basée sur le feeling à des aspects plus techniques et démonstratifs. Le rythme s’est quelque peu accéléré ici. Vient ensuite la plus longue pièce de l’album avec « The End Of The Line » et ses 11 minutes, mais également le plus faible à mon sens. Trop lent, il ne parvient à captiver mon attention que passé les 6 minutes 30 avec un changement de rythme instrumental. Ce morceau par ailleurs siérait mieux je pense, à l’univers de Nemo. « The Piper of Hamelin » démarre par un riff à la … « AC/DC », des accords assez simples, carrés, cela surprend, mais le refrain et la partie instrumentale s’écartent de cette base simpliste pour apporter une touche plus atmosphérique, mélodique et subtile. Le titre peut paraitre léger mais n’est pas du tout désagréable. Je l’apprécie même davantage au fur et à mesure des écoutes. Le titre suivant, « My Religion », est le second instrumental de l’album et ne change guère son rythme imprimé jusqu’alors. Les émotions et le feeling sont encore au rendez-vous et même d’une manière plus intense grâce aux interventions du violon et du piano en toute complicité avec la guitare. « Different Colors Of Life » , deuxième titre à dépasser les 10 minutes, reprend à certains moments le thème développé sur « In The Shade ». J’insiste ici sur l’excellente performance de Julian tant son timbre vocal doux, jamais agressif, s’accorde parfaitement aux harmonies de Jean-Pierre pour véhiculer également énormément d’émotions. A nouveau un superbe changement de rythme pour la partie soliste vers la moitié du titre. Enfin, l’album se cloture par la reprise de « Wheels Of Confusion » de Black Sabbath (extrait de l’album volume 4 paru en 1972). Drole de choix… ce n’est pas à mon sens le meilleur titre dans la discographie de la bande à Iommi, et je ne trouve pas vraiment la voix de Julian en adéquation avec, malgré une bonne interprétation. 

En conclusion, nous voilà en présence d’un album moins progressif mais plus atmosphérique et chargé en émotions, il me semble, que son prédécesseur. J’en attendais peut-être un peu plus de diversité. Il constitue néanmoins un bon choix comme premier album du moment de cette nouvelle année.

Et pour ceux qui m’ont répondu positivement au sondage publié début de ce mois (j’ai reçu à ce jour 16 votes positifs contre 6 négatifs), je donnerais une côte de 7,5 sur 10. Cette façon de côter est provisoire et seulement indicative. Elle signifie simplement "entre bon et très bon"… Je dois encore réfléchir au système de cotation le plus approprié.

Catégories :Chroniques, Nouveautés Étiquettes :

Nouvel extrait du prochain album de Wolfspring disponible

19 novembre 2012 Laisser un commentaire

Je vous rappelle que le second album de Wolfspring intitulé « Who’s Gonna Save The World » sortira sur le label Quadrifonic le 21 janvier 2013. Voici ci-dessous un lien pour écouter « Ninety Nine », un nouvel extrait après « Rats », celui proposé dans le billet daté du 2 novembre.

Ecoutez « Ninety Nine » de Wolfspring

Catégories :Extraits, Prochaines sorties Étiquettes :

Wolfspring – Who’s Gonna Save The World

Jean-Pierre Louveton, guitariste et chanteur de Nemo, vient d’annoncer la date de sortie du second album de son projet Wolfspring. Intitulé "Who’s Gonna Save The World", il sera distribué par le label Quadrifonic à partir du 21 janvier 2013. Il est composé de 8 titres et de la reprise de "Wheels Of Confusion" de Black sabbath en bonus. Voici l’artwork, la liste des titres, le morceau "Rats" disponible dans son entièreté à l’écoute (cliquer sur le lien à partir de la liste) ainsi qu’un "sampler" de l’album, et le line-up.

Wolfspring - Who's Gonna Save The World 

01. Ninety nine 7.24
02.
Rats 5.00
03. In the shade 7.22
04. Race against the clock (Instrumental) 5.09
05. The end of the line 10.59
06. My religion 5.15
07. The piper of Hamelin (Instrumental) 5.37
08. Different colors of life 10.13
09.
Wheels of confusion (Bonus – Black Sabbath cover) 7.07

Ecoutez le sampler de l’album

Le groupe :

Julian CLEMENS : Chant, JP LOUVETON : Guitare, Choeurs, Guillaume FONTAINE : Claviers, flûte Irlandaise, Max MORO-SIBILOT : basse, Ludo MORO-SIBILOT : Batterie

Catégories :Extraits, News, Prochaines sorties Étiquettes :

Des nouvelles de Wolfspring

Wolfspring

Jean-Pierre Louveton, guitariste et compositeur de l’excellent groupe de rock progressif français Nemo, vient de poster sur soundcloud, des extraits du prochain et second album de son projet Wolfspring. Rappelons que ce projet, du moins sur le premier album sorti en 2010, permet à Jean-Pierre d’explorer un univers toujours progressif mais avec des sonorités plus métalliques que dans Nemo, et un chant dans la langue de Shakespeare.

Ces extraits sont disponibles à l’adresse suivante:

Extraits de Wolfspring II

Catégories :Extraits, News, Prochaines sorties Étiquettes :

Wolfspring, Enochian Theory

22 septembre 2010 Laisser un commentaire

Au menu de ce billet, une courte chronique des albums de Wolfspring et d’Enochian Theory.

Wolfspring – Wolfspring

Wolfspring 

Wolfspring est un nouveau projet du français Jean-Pierre Louveton, guitariste et maître à penser du groupe de rock progressif Nemo. Même si il s’accompagne encore de son compère claviériste Guillaume Fontaine, la musique reste toujours progressive mais les sonorités nettement plus métalliques la rendent beaucoup plus puissante, et le chant s’exprime cette-fois dans la langue de Shakespeare. Ne connaissant nullement les œuvres de Nemo, je ne peux comparer évidemment ses travaux précédents avec ce nouveau projet. Mais peu importe, j’avoue avoir immédiatement été séduit par le talent de ce guitariste non seulement en tant qu’interprète mais aussi en tant que compositeur et mélodiste.

Les parties musicales, nombreuses, tantôt acoustiques, tantôt musclées, parfois atmosphériques, sont de pures merveilles à l’instar du titre “Carpathian Wolves” exclusivement instrumental, où le talent de Jean-Pierre côtoie celui d’un John Petrucci mais sans doute avec une recherche de la mélodie plus aigue, ou encore sur le dernier morceau plus épique intitulé “Our New Mediaevil World”.

Voici donc encore une très belle réussite proposée par le catalogue du label ProgRock Records qui mérite amplement toute votre attention.

Enochian Theory – Evolution: Creatio Ex Nihilo

Enochian Theory - Evolution: Creatio Ex Nihilo

Officiant dans un registre atmosphérique à l’instar par exemple des polonais de Riverside, plutôt que symphonique ou technique, ce jeune trio anglais a sorti l’année dernière un excellent album progressif étrangement intitulé “Evolution: Creatio Ex Nihilo”. La bonne nouvelle est que cet album sera réédité courant de ce mois de septembre par le label hollandais Mascot records afin de bénéficier d’une plus large diffusion.

Magnifiquement illustrée (vous aurez remarqué mon intérêt pour la cover puisqu’elle illustre l’en-tête de ce blog depuis quelques semaines), la musique se veut donc très atmosphérique, aux ambiances majoritairement lourdes, parfois même “malsaines”, aux riffs acérés accompagnés de nappes de claviers, de quelques arrangements orchestraux simples mais d’une redoutable efficacité, et d’un chant clair mais de temps en temps (pas trop) se durcissant en “growls”.

Les morceaux s’enchaînent sans interruption avec de nombreux interludes et introductions douces au piano ou en acoustique, pour subir par la suite quelques accélérations et finir par se ralentir et retrouver de la lourdeur notamment dans les refrains. Sur certains titres, je ressens les mêmes effets que ceux provoqués par une sueur intensive sous l’effet d’une chaleur accablante.

La musique à la base est assez simpliste mais parvient à atteindre un certain degré de sophistication grâce à l’apport de changements de rythme et de quelques arrangements orchestraux de toute beauté.

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous conseiller de vous y intéresser à votre tour.

Catégories :Chroniques, Nouveautés Étiquettes : ,

Nouvel album du moment

Il ne pouvait évidemment pas en être autrement, mais en attendant la chronique prochaine du nouvel album de Vanden Plas, celui-ci prend le relais de Haken pour devenir l’album du moment.

A noter quelques découvertes ou nouveautés annoncées me paraissant intéressantes:

Forever’s Edge: groupe originaire de New York et nouvel espoir de la scène Progressive américaine et comprenant en son sein les chanteur et bassiste de Suspyre (respectivement Clay Barton et Andrew Distabile).
Leur premier album intiulé « Chaotic Silence », est prévu pour le 13 Juillet chez Nightmare Records. A conseiller aux fans de Symphony X et forcément de Suspyre (j’en fais partie). Attention, à ne pas confondre avec le groupe italien de metal mélodique Edge Of Forever.

Forever's Edge - Chaotic Silence

Division by Zero: groupe polonais venant de sortir son deuxième album intitulé “Independent Harmony” au début du mois d’avril. Leur première galette “Tyranny of Therapy” sortie en 2007 m’avait fortement plu, et d’après les quelques extraits entendus du dernier, cela annonce encore du très bon progressif. Je pense aussi l’inclure dans ma liste des achats futurs.

Division By Zero - Independent Harmony

Wolfspring: projet parallèle du guitariste et chanteur de Nemo. Le premier album intitulé simplement “Wolfspring” sortira le 13 juillet prochain sur le label américain ProgRock records. Comme si bien dit sur leur myspace: “Mélangeant de façon originale les sons métalliques, les ambiances acoustiques sombres et la musique symphonique, WolfSpring fait partie de cette mouvance de groupes progressifs modernes qui n’hésitent pas à mêler les extrêmes, tout en gardant une cohérence et un son personnel”

Wolfspring

A vous de voir ici. Sur les premières écoutes, j’avoue avoir été séduit.