Archive

Posts Tagged ‘Fracture’

Nouveautés

5 décembre 2010 Laisser un commentaire

Décembre déjà entamé et la neige bien au rendez-vous, je me rends compte soudainement du retard accumulé depuis Secret Sphere et Star One il y a déjà près d’un mois maintenant dans les billets que je poste régulièrement et relatifs à mes récentes acquisitions musicales. Alors, depuis début novembre, une petite dizaine d’albums (certains constituant de bonnes surprises mais d’autres malheureusement s’avérant quelque peu décevants) sont arrivés dans le panier (Saint-Nicolas est passé tôt chez moi cette année…).   

Commençons par les sorties remarquables ou remarquées…

Tout d’abord, Transatlantic avec le magnifique concert de plus de 3 heures de cette année capté au Shepherd’s Bush Empire de Londres. Le package complet comprend non seulement 2 DVDs avec en plus un documentaire retraçant la tournée mais aussi l’entièreté du concert sur 3 CDs audio. La prestation des 5 musiciens (David Gildenlöw de Pain Of Salvation a accompagné le groupe sur toute la tournée) est irréprochable, ceux-ci ne cessent d’exprimer tout au long de ce concert leur joie de jouer ensemble devant un public vraiment conquis et également heureux d’assister à une telle performance et si longue. Il suffit par exemple de voir Neal Morse, maître d’œuvre derrière le micro et ses claviers, échanger des regards complices avec ses acolytes et en particulier Mike Portnoy avec lequel il partage même les fûts pour quelques instants vraiment mémorables. Ce concert prend donc toute sa dimension sur les DVDs où la qualité des images est excellente. Quant au support audio, il manque juste une production un peu plus puissante pour attribuer à cette sortie une note maximale. Un achat recommandé.

Transatlantic - Live in Shepherd

Helloween avec le nouvel album “7 Sinners” constitue également pour ma part une bonne surprise car j’avoue avoir quelque peu décroché après leur excellent “The Dark Ride” datant déjà de 10 ans et même si le précédent “Gambling With The Devil” paraissait déjà convaincant à plus d’un égard. En tout cas, quelques titres sortent du lot et notamment le single “Are You Metal” qui je suis sûr, prendra toute son ampleur et  fera fureur lors de leurs prestations scéniques. 

Helloween - 7 Sinners

Yngwie Malmsteen, un nom qui ne peut laisser indifférent, on l’adore ou on ne le supporte pas… Et moi, je l’ai toujours apprécié même si il est vrai que sur une carrière assez longue maintenant (au moins 25 ans), il y eut des hauts (surtout dans les premières années de sa carrière) mais aussi quelques épisodes moins mémorables. Evidemment, on peut toujours lui reprocher de ne pas faire évoluer sa musique et nous ressasser indéfiniment les mêmes gammes et plans de solos. Mais voilà, il est unique et je ne suis pas insensible à sa sonorité et ses nombreuses descentes (et remontées) de manche. Je trouve ce nouvel album “Relentless” plutôt bon avec cependant trop peu de titres chantés (la moitié de cet album est instrumental).

Yngwie Malmsteen - Relentless

Venons-en maintenant aux deux albums du mois (je ne pourrai malheureusement n’en choisir qu’un seul), à savoir celui du groupe français Auspex intitulé “Heliopause”, et le 4ème opus studio de nos chers brésiliens de Shaman baptisé (et enfin reçu!) “Origins”. Le premier m’a été suggéré par Pierre-Etienne, auteur du blog Disconnected. Quelques écoutes sur leur myspace ont suffi à me convaincre de passer commande chez Amazon. L’univers musical de cette formation à voix féminine se veut un mélange de symphonie, de progressif, de mélodies atmosphériques qui par certains aspects, et surtout de par la chanteuse se permettant quelques incursions en japonais et leurs nombreux passages parlés, me rappelle un peu Akphaezya mais sans évidemment tout leur côté déjanté et les influences jazzy. Je vous invite vivement à les découvrir ici. Vous serez tout comme moi, j’en suis sûr, séduit.

Comment ne pas comparer ce nouvel album de Shaman avec celui de leur frère (ennemi?) Angra? Autant celui de la bande à Edu Falaschi m’a paru froid et peu inspiré, autant celui-ci m’enchante du début à la fin. Moins stéréotypé, mieux produit et des compositions plus variées et de qualité supérieure à leurs aînés, cette œuvre mérite amplement d’intégrer la liste des meilleurs albums de l’année.

Auspex - Heliopause     Shaman - Origins 

Quant aux déceptions, celles-ci proviennent d’une part des danois de Manticora qui avec leur dernier opus intitulé “Safe” nous proposent une musique un peu trop conventionnelle, froide et sobre à l’image du design de la pochette. L’ensemble paraît un peu plat et manquer d’âme. Aucun titre ne semble sortir du lot et nous sommes loin du niveau de qualité atteint par leurs précédentes oeuvres qu’étaient “8 Deadly Sins”, “Hyperion” ou encore dans une moindre mesure “Black Circus”.

Ensuite, bien que je l’avais annoncé comme une découverte intéressante et un achat potentiel lors d’un précédent billet, l’album “Simple Chaos” du groupe progressif australien Fracture ne m’a pas séduit davantage après plusieurs écoutes. Ce groupe semble avoir un potentiel mais malheureusement délaisse trop souvent l’aspect mélodique tant au niveau des compositions que du chant rendant l’ensemble complexe mais un peu trop bourrin.

Manticora - Safe     Fracture - Simple Chaos 

Enfin, entre les bonnes surprises et les déceptions, il y a l’indécis. Celui pour lequel je n’arrive pas encore à me prononcer clairement (un peu à l’instar du dernier Star One dont la chronique viendra prochainement). Il s’agit de Darkwater avec son tout nouvel album “Where Stories End”. Pourquoi une telle indécision? Et bien après plusieurs écoutes, cet album ne m’a pas encore transcendé. Je n’ai pas encore vraiment ressenti de l’émotion. Cela reste un beau produit bien exécuté mais il y manque sans doute un peu d’âme, d’originalité, de subtilité, un peu de … folie. Ceci dit, je lui laisse encore un peu de temps pour mûrir et me permettre de réviser mon jugement. En effet, certains albums m’ont demandé parfois de très nombreuses écoutes pour que le scepticisme initial fasse place finalement au sentiment d’avoir acquis un chef d’oeuvre. Ce fut le cas notamment pour le fameux “Images And Words” de Dream Theater. Ce dernier reste à mon sens, la référence ultime du metal progressif.

Darkwater - Where Stories End

 

Et ce mois de décembre, à part de belles tombées de neige, que nous réserve-t-il? Et bien, d’ici quelques jours je devrais enfin recevoir 7days et le nouvel album de Seventh Wonder. Cela terminera sans doute cette année en beauté et clôturera la liste des sélections pour élire les meilleures sorties 2010.

Advertisements

Fracture

Pour les amateurs de métal progressif à la Fates Warning ou Redemption avec quelques pointes de Nevermore, je vous conseille vivement ce nouveau jeune groupe australien qui vient de sortir son premier album “Simple Chaos” mi-octobre chez Nightmare Records, le label de Lance King. Les références aux groupes précités sont flagrantes, d’autant plus que le timbre de voix du chanteur David Bellion rappelle fortement celui de Ray Alder.

Attention de ne pas confondre avec le groupe norvégien du même nom et pour lequel j’avais fait une chronique de leur album intitulé “Dominate and Overload” fin mai de cette année.

Voici la cover et la liste des titres:

Fracture - Simple Chaos

1. Unidentified 06:20
2. Frame Of Mind 04:27
3. Rearranged 07:52
4. The Grand Illusion 00:30
5. Simple Chaos 05:39
6. Without End 05:04
7. The Killing Kind 08:42
8. A Common Thread 05:02
9. The Wish 04:22

Il est fort probable que je l’intègre dans la liste de mes futurs achats, et pour vous en faire une idée, écoutez quelques extraits sur leur myspace

Catégories :Découvertes Étiquettes :

Nouveautés scandinaves

Si la fin de l’année dernière s’est montrée assez pauvre en sorties métalliques intéressantes (et de surcroît progressives), il faut croire que le printemps, lui, n’est pas seulement la saison des nouveaux-nés chez nos amis les chiens et les chats (il paraît…). En effet, la belle saison se montre plutôt prolifique car pas moins de sept albums viennent d’enrichir ma cdthèque en cette fin de mois de mai: Tellus Requiem, Fracture, Barren Earth, Dreyelands, Haken (enfin!), Silent Call et Revamp.

Les 3 premiers de la liste font l’objet de ce billet, les autres suivront incessamment sous peu (je l’espère…)

Tellus Requiem – Tellus Requiem

Tellus Requiem est un groupe norvégien venant de réaliser un premier album apparemment distribué pour l’instant uniquement de manière digitale, notamment sur les plateformes iTunes et cdbaby. Je n’ai d’ailleurs trouvé aucune référence de chronique pour cet album dans un quelconque webzine ce qui est dommage car même si ce groupe ne semble rien apporter de plus que ce que nous propose déjà la multitude de groupes talentueux en provenance de Scandinavie, il n’est tout de même pas dénuer d’intérêts.

Tellus Requiem

Comme dans la plupart des productions de ce type et de cette région, le son est excellent et chaque instrument est parfaitement mis en valeur. Tellus Requiem pratique un métal progressif de très bonne facture assez proche de leurs (presque) compatriotes suédois de Seventh Wonder mais avec un peu plus d’agressivité notamment dans le chant. Sur certains titres et c’est même plutôt flagrant sur le morceau “World Apart”, la voix du chanteur rappelle assez bien celle de Dave Mustaine. Ce ne sera pas l’album de l’année mais il se situe tout de même dans la bonne moyenne des productions de ce genre. Des extraits sont disponibles ici

Fracture – Dominate And Overload

Fracture est également un jeune groupe Norvégien proposant dans ce premier album intitulé “Dominate And Overload”, une musique assez heavy et puissante agrémentée de nombreux éléments progressifs par la complexité de certaines structures, et rappelant certains groupes et non des moindres tels que Nevermore ou encore Mercenary, mais sans toutefois lorgner le death metal comme ce dernier.

Fracture - Dominate And Overload

Contrairement à d’autres groupes progressifs où les claviers dominent parfois les guitares, chez Fracture, ils sont plutôt utilisés pour améliorer le paysage sonore. Le chanteur possède un timbre de voix assez polyvalent, capable de gérer aussi bien les aigus qu’un registre plus grave. Les morceaux sont soigneusement travaillés, la rythmique est percutante, et la production s’avère excellente délivrant un son assez massif avec de belles harmonies de guitares. Voilà encore une nouveauté scandinave intéressante que je vous invite à découvrir notamment sur leur myspace.

Barren Earth – Curse Of The Red River

Voilà probablement un des (si pas le) meilleur(s) album(s) de cette année 2010. Barren Earth, groupe finlandais créé en automne 2007 par des membres d’Amorphis, Swallow The Sun, Moonsorrow et Kreator, avait déjà sorti un premier EP intitulé “Our Twilight” fin de l’année passée retenant déjà toute l’attention de la presse métallique ainsi que de ses lecteurs.

Barren Earth - Curse Of The Red River

Le groupe mixe tellement de styles différents qu’il me paraît assez ardu de le classer. En effet, le registre dans lequel ce quintet évolue peut être qualifié de death par le chant principalement très guttural de Mikko Kotamäki et de metal progressif par la complexité des structures musicales. Mais il s’enrichit également d’autres influences telles que le doom et le rock progressif des seventies, et de lignes mélodiques avec un chant clair conférant à l’ensemble une oeuvre tantôt mélancolique tantôt violente mais de toute beauté. Enfin, la superbe illustration de la pochette, la production soignée et parfaite font de cet album un des indispensables de l’année.

Catégories :Chroniques, Nouveautés Étiquettes : , ,