Archive

Archive for the ‘Découvertes’ Category

Burnclear

Je viens récemment de découvrir un groupe de metal progressif originaire de Finlande et venant de sortir un premier album intitulé « Lost For Life » qui selon les quelques extraits que j’ai pu entendre, s’avère être des plus intéressants. Il s’agit de Burnclear. Ce groupe n’est pourtant pas des plus jeunes puisqu’il a été fondé en 1998 par les 2 guitaristes Tomi Virtanen et Karri Shemeikka mais n’a produit un premier EP intitulé « Eventide » qu’en 2013.

Voici la cover et la liste des titres de Lost For Life:

Burnclear - Lost In Time

01. Rattle the Cage       
02. Eventide           
03. Lost for Life      
04. Phantom Pain     
05. Destination Death    
06. Destruction Mode     
07. Give Up the Ghost     
08. Haven    
09. The Past    
10. The Present

Pour les amateurs de musique métallique progressive et mélodique scandinave, je vous invite à les découvrir via les liens ci-dessous.

Leur page facebook

4 extraits disponibles sur Youtube:

Lost For Life

Haven

Give Up The Host

Eventide

Leur album est déjà disponible en version digitale (notamment chez cdbaby) et d’après leur compte facebook, la version physique sur CD devrait être disponible prochainement.

Advertisements
Catégories :Découvertes, Extraits, News Étiquettes :

Dans mon panier (2015#1)

Au menu du premier épisode de l’année de cette série, 4 groupes originaires respectivement de Finlande, du Québec, d’Angleterre et du Canada. Il s’agit de Minutian et de leur deuxième album « Inwards », Between 11 et leur première offrande intitulée « The Epiphany », Seven7 avec « The Follower » et enfin Driftglass avec « All That Remains ».

Minutian - Inwards

Groupe : Minutian
Album : Inwards
Année: 2015
Origine: Finlande
Genre: Progressif
Groupes similaires : Pain Of Salvation
Liens : site officiel

Résumé: Avec ce second opus, Minutian continue sur la lancée de son prédécesseur « Repercussions » paru en 2011 et se démarque de « l’école » progressive scandinave en intégrant à sa musique des émotions basées sur une atmosphère la plupart du temps sombre, triste et parfois même malsaine. De nombreux éléments acoustiques ajoutent un peu de légèreté à des rythmes majoritairement lourds. Précisons par ailleurs que l’album est dédié à Jaaklo Jernberg, leur précédent guitariste décédé dans un accident en février 2012, ceci expliquant sans doute cela. Il faudra certainement à bon nombre d’entre vous plusieurs écoutes pour apprécier les subtilités et la charge émotionnelle présentes dans cet album (ce fut mon cas) mais le groupe a le mérite d’apporter un peu de sang neuf dans un univers métallique et progressif de plus en plus « encombré ». Je vous invite à les découvrir via leur site officiel et par l’écoute du titre « Aphelion » ci-dessous.

Between 11

Groupe : Between 11
Album : The Epiphany
Année: 2015
Origine: Québec
Genre: Progressif
Groupes similaires : Dream Theater, Pain Of Salvation, Opeth
Liens : page facebook, bandcamp

Résumé: Ce groupe fondé en novembre 2011 est l’une de mes belles découvertes de ce début d’année (avec Universe Effect mais ce dernier fera partie d’un épisode prochain). Originaire du Québec, Between 11 nous délivre un premier album (relativement court, 6 titres pour une durée de près de 40 minutes) aux influences certes marquées mais néanmoins de très bonne facture. Bénéficiant d’une auto-production limpide et très précise (chaque instrument se distingue clairement), leur musique progressive reprend les ingrédients classiques développés par les ténors du genre (maîtrise et technique instrumentale sans faille, changements de rythme, longs développements aux atmosphères variées) mais respire une certaine modernité et surtout beaucoup de fraicheur. La prestation vocale de Christopher Casselman (timbre un peu nasillard rappelant parfois celui de Andi Kravljaca de Silent Call ou encore de Michael Olivieri de Leatherwolf) est également remarquable. Leur page facebook nous informe que cette jeune formation prépare déjà un second album. Vous l’avez compris, encore une recommandation de votre fidèle serviteur ;-). Visitez surtout leur site bandcamp pour écouter l’intégralité de l’album.

Seven7 - The Follower

Groupe : Seven7
Album : The follower
Année: 2014
Origine: angleterre
Genre: Progressif, Power
Liens : site officiel

Résumé: 3ème album de ce groupe en provenance d’Angleterre mais multi-national de par les origines de chacun de ses membres (anglaise, suisse et australienne), et très américain dans son style musical et le timbre vocal du chanteur Dave Brown (proche de celui de James Hetfield). Seven7 combine savamment mélodies, riffs lourds, rythmes tribaux et syncopés, gammes orientales. Les musiciens sont chevronnés (le guitariste et virtuose suisse Nicolas Meier nous gratifie de quelques progressions « jazzy ») et la production sans faille. A découvrir également…

Driftglass

Groupe : Driftglass
Album : All That Remains
Année: 2014
Origine: Canada
Genre: Progressif
Groupes similaires : Dream Theater, Rush
Liens : bandcamp

Résumé: Voilà encore un jeune groupe qui vient confirmer l’excellente forme et la créativité croissante de la scène progressive canadienne. Formé sur les cendres de Saint Dissident (un album est paru il y a près de 8 ans), et composé de 6 membres, Driftglass à l’instar de nombreuses formations compatriotes (province du Québec comprise, car je pense notamment à Piezo) nous offre avec ce premier album très accrocheur, une œuvre progressive mélodique aboutie, sophistiquée, fraiche et empreinte d’une certaine nostalgie et mélancolie de par l’utilisation du piano et de sonorités de claviers quelque peu vintage. Les changements de tempo et variations d’atmosphère sont nombreux, l’acoustique cotoie tantôt une rythmique plombée tantôt des guitares plus aériennes. Je vous propose d’écouter leur album ainsi que leur premier EP sorti en 2010, sur leur page bandcamp.

Universe Effects

26 février 2015 2 comments

Après Piezo il y a un peu plus de 2 ans et plus récemment Between 11 (mon dernier coup de cœur du moment), une nouvelle formation jeune et talentueuse en provenance du Québec est venue chatouiller mes tympans métalliques de manière plus qu’agréable, hier soir lors de mes investigations quotidiennes sur le web. Il s’agit de Universe Effects qui sort un premier album intitulé « In The Haze That Surrounds Us » d’une maturité musicale exceptionnelle. Enregistré aux studios québecois Hemisphere (là où justement Piezo s’attèle à finaliser le succésseur à « Scene I: Harlequin »), il propose en 8 titres et près de 70 minutes, une musique progressive fraïche et colorée inspirée par les ténors du genre que sont Dream Theater, Rush, Transatlantic, Spock’s Beard, ou encore Andromeda pour n’en citer que quelques-uns.

Le groupe se compose de Gabriel Antoine Vallée (chant), Gabriel Cyr (guitare), Francis Grégoire (claviers), Philippe Pouliot (batterie) et Dominic Tapin-Brousseau (basse).

Universe Effects

J’ai hâte de pouvoir commander leur album en format physique. En attendant, je vous invite (pour ne pas vous dire « ordonne ») de visiter leur site officiel afin de constater comme moi l’étendue de leurs talents.

Site officiel de Universe Effects

Universe Effects - In The Haze That Surrounds Us

Pistes
01. Against the Influent (5:33)
02. Equilibrium    (9:25)
03. Tormented (7:29)
04. The Artifact (7:34)
05. In the Haze that Surrounds Us (9:25)
Lost in Time Trilogy (30:28)
06. I.Entropy (8:54)
07. II.Lost in Time (8:02)
08. III.Out of the Darkness (13:32)

Détails
Sortie : 25 Février 2015
Produit par : Universe Effects
Enregistré & Mixé par : Antoine Baril (Hemisphere Studio/Wild Studio)
Masterisé par : Jens Bogren (Fascination Street Studios)
Pochette : Daniel Bérard

Catégories :Découvertes, News Étiquettes :

Nouveautés et déjà dans les meilleurs…

24 février 2015 1 comment

A peine la nouvelle année entammée et déjà pas mal de nouveautés dans le panier méritant une place dans la sélection des meilleurs albums. Pas de trève hivernale donc et c’est tant mieux ! Une des bonnes surprises de ce début 2015 est sans conteste le concept « Opera Rock » (terme pompeux, je le conçois dans ce cas) intitulé « Dracula – Swing Of The Death », fruit de l’association entre Jorn Lande et le guitariste Trond Holter. Depuis plusieurs albums, le célèbre chanteur norvégien semblait stagner et offrait à une cadence régulière des productions bien exécutées mais dénuées de saveur et d’originalité. Ce nouvel essai met enfin un terme à cette série.

Jorn Lande & Trond Holter - Dracula

Ensuite, les israéliens de Subterranean Masquerade m’ont séduit avec leur nouvelle offrande intitulée « The Great Bazaar » dont la musique, savant mélange de progressif, d’oriental avec une pointe d’extrême, s’apparente fortement à celle de leurs compatriotes d’Orphaned Land. Nous retrouvons d’ailleurs Kobi Fahri en invité sur le titre « Father & Son ». C’est sans hésitation qu’il devient donc l’album du moment.

Subterrannean Masquerade - The Great Bazaar

Comme je l’avais déjà fait dans un billet précédent (il y a près de 3 ans ) entre Epica et Diabolus In Musica pour les albums respectifs "Requiem For The Indifferent" et "The Wanderer" (voir ici), j’ai à nouveau envie de confronter 2 sorties récentes de provenance germanique et au style relativement semblable. Il s’agit d’une part de Blind Guardian avec « Beyond The Red Mirror », et d’autre part de Orden Ogan avec « Ravenhead ». Et le résultat de ce face à face va dans le même sens que le premier susmentionné, à savoir plus de spontanéité et de fraîcheur chez Orden Ogan, une « surproduction » chez Blind Guardian empêchant l’auditeur (en l’occurrence … moi ;-)) de s’imprégner de la plupart des titres et d’en goûter pleinement les saveurs (c’est flagrant sur le premier morceau «The Ninth Wave » où l’orchestration prend le pas sur l’efficacité) et cela bien sûr malgré (c’est une de leurs marques de fabrique) de magnifiques harmonies et soli de guitares.

Blind Guardian - Beyond The Red Mirror     Orden Ogan - Ravenhead

Enfin, dans la série coups ce cœur et découvertes, j’aimerais attirer (à nouveau car déjà évoqué dans mon best of) votre attention sur Disforia, un jeune groupe américain provenant de Salt lake City dans l’Utah, formé en 2007 et composé de 6 membres. Leur premier véritable album intitulé « The Age Of Ether » date de juin 2014 et nous distille une musique mélant habilement du power, de la mélodie et des éléments progressifs d’une efficacité redoutable digne d’un … Blind Guardian au meilleur de sa forme ! Et la comparaison avec le groupe allemand n’est nullement un hasard puisque Hansi Kürsch en personne se retrouve en invité de marque sur le titre « The Dying Firmament ». Mais se limiter à cette seule référence serait une erreur tant d’autres influences musicales et non des moindres (Dream Theater pour l’aspect technique et instrumental, Opeth pour certaines parties vocales extrêmes, Manticora pour les rythmes effrénés et torturés…) font de cet album une œuvre intense, fraîche, puissante et réjouissante. Evidemment au delà de toutes ces références, les jeunes membres du groupe affichent également un savoir faire indéniable. La voix du chanteur John Yelland rappelle (forcément) celle d’Hansi Kürsch mais présente aussi une certaine fragilité, surtout lorsqu’il monte dans les aigües, toutefois bien maitrisée, à l’instar par exemple de Lars F. Larsen le frontman de Manticora. La musique sans retenue et généreuse est servie par une production de bonne facture. A noter l’apparition comme invitée de Britney Slaves, chanteuse de la formation canadienne Unleash the Archers.

Voilà donc un groupe à découvrir et n’est pas un hasard si l’album s’est retrouvé (in extremis) dans la liste des mes coups de cœur favoris de l’année 2014. Je vous invite à visiter leur site officiel. Vous pourrez y écouter des extraits et également commander non seulement l’album mais aussi leur premier EP intitulé "Our Time Defined" datant de 2011.

Disforia - The Age Of Ether

Site officiel de Disforia

A bientôt pour un prochain billet « dans mon panier » avec le dernier album de Minutian, un nouveau venu « Between 11 », le dernier Seven7 et Driftglass. Je prépare également une chronique d’Abandoned Stars.

Mythodea, une perle hellénique

26 novembre 2014 Laisser un commentaire

Mythodea

Dans ma quête perpétuelle et effrénée de nouvelles pépites musicales métalliques à travers les 4 coins du monde, j’aimerais vous faire partager une découverte récente en provenance de Grèce (à vrai dire, cela fait maintenant plusieurs semaines que j’avais l’intention d’écrire un billet à ce sujet). Il s’agit du groupe Mythodea, projet du guitariste virtuose et compositeur Christos Nikolaou qui pour le premier album auto-produit et sorti il y a 2 ans, a convié quelques invités de marque dont notamment John West au poste de chanteur (pour la totalité de l’album) et Vitalij Kuprij aux claviers (sur certains titres). Influencé entre-autres par la musique de groupes de renom tels que Royal Hunt, Symphony X ou encore Adagio (à leur début), Mythodea œuvre dans un registre symphonique, progressif et néo-classique de grande classe. L’introduction symphonique intitulée « Ingredi » annonce d’entrée la couleur musicale de ce projet et promet un voyage musical épique. Avec le second titre « Another World », nous entrons dans le vif du sujet. L’interprétation tant instrumentale que vocale (même si j’avoue parfois avoir certaines réticences sur le timbre nasillard de John West) fait preuve d’une maîtrise sans faille. Christos nous démontre toute l’étendue de son talent grâce à des mélodies élaborées mais toujours harmonieuses et sans égarements techniques. Les arrangements orchestraux, superbes, ajoutent de la profondeur et énormément d’émotions. Le point d’orgue de l’album à mon sens est le titre « Asia » aux sonorités orientales. A noter également quelques interventions vocales féminines accentuant la charge émotionelle de cette œuvre.

Si vous êtes amateurs de ce style, je ne peux que vous recommander vivement cet album. Celui-ci peut d’ailleurs se commander sur le site du groupe à l’adresse suivante :

site officiel de Mythodea

Enfin, voici une playlist de 3 titres extraits de l’album afin de vous permettre, d’apprécier, je l’espère, le travail de Christos Nikolaou.

Catégories :Découvertes, Extraits Étiquettes :

Dans mon panier (Septembre 2014#1)

A l’instar de la rentrée scolaire, ce mois de septembre était un mois chargé en matière de nouvelles acquisitions discographiques (productions récentes ou non). Je publierai donc 2 billets séparés pour vous présenter les quelques nouveautés venues remplir mon petit panier depuis plus de 3 semaines. Le premier résumera mes humeurs sur le second album de Creation’s End, sur « Anima » dernier opus des suédois d’Introitus, sur mon récent coup de cœur pour le groupe argentin Mindslave et enfin sur une belle découverte power progressive anglaise à chant féminin, à savoir le groupe Collibus.

Bonnes découvertes!

Creation's End - Metaphysical

Groupe : Creation’s End
Album : Metaphysical
Année: 2014
Origine: US
Genre: Progressif
Groupes similaires : Redemption
Liens : facebook

Résumé: Cette seconde offrande de Creation’s End constitue une relative déception tant j’avais apprécié leur début avec « A New Beginning » paru il y a maintenant plus de 3 ans, l’intégrant même dans la liste des meilleurs sorties de l’année. Déjà sceptique lors de l’écoute du premier single intitulé « Push » (voir mon billet à ce sujet ici), je ne fus pas plus rassuré à la réception de l’album. Les raisons qui m’empêchent de pleinement accrocher à ce nouvel opus sont d’une part une production sans relief et parfois trop expérimental (bruitages, effets sonores inutiles et désagréables…) (décidément les dernières productions signées Neil Kernon me déçoivent énormément) et d’autre part la faible prestation du chanteur Mike Dimeo. Ses qualités sont apparemment reconnues dans le métier, mais pour moi, sur cet album, il semble à mille lieues de valoir sa renommée tant son chant manque de saveur, de puissance et parfois même de justesse. Ajoutons à cela, certains titres dispensables dont notamment « Surrended » et « Bring To Life ». Heureusement, il reste quelques  interventions splendides du guitariste Rudy Albert pour éviter d’inscrire l’album dans la liste des médiocrités de l’année.

Cover

Groupe : Introitus
Album : Anima
Année: 2014
Origine: Suède
Genre: Rock Progressif
Groupes similaires : Kaïpa, Arena, Pendragon
Liens : facebook

Résumé: Après FreddeGredde, voilà encore une belle découverte suédoise oeuvrant dans un registre rock progressif et symphonique. Je n’ai d’ailleurs pas hésité à acheter également le précédent album intitulé « Elements ». Introitus est apparemment une histoire de famille puisque parmi les 7 musiciens pas moins de 4 membres de la famille Bender composent cette formation (le père Mats claviériste et principal compositeur, son épouse Anna Jacobs au chant et leurs 2 enfants Mathias et Johanna à la batterie et pour certaines parties vocales). Le groupe nous délivre une musique progressive très aérée où les claviers prédominent mais où les guitares savent aussi se montrer incisives. L’album offre une belle alternance de passages doux, atmosphériques, acoustiques avec des moments plus relevés, le tout restant musicalement très inspiré. Pour les amateurs du genre, un achat vivement recommandé.

Cover

Groupe : Mindslave
Album : Secular Indulgence
Année: 2013
Origine: Argentine
Genre: Progressif
Groupes similaires : Dream Theater, Time’s Forgotten
Liens : facebook, label

Résumé: J’ai découvert cette perle métallique et progressive en provenance d’Argentine en suivant l’actualité de Presto Vivace, un groupe compatriote (je vous en parlerai certainement dans un prochain billet). La variété des rythmes et sonorités présents sur ce premier album me rappellent sensiblement la formation costaricaine Time’s Forgotten (une autre perle sud américaine), avec cependant un côté Dream Theater plus prononcé. L’album ne souffre d’aucun temps mort, la section instrumentale tant sur les titres heavy que sur les parties plus acoustiques et les quelques incursions jazz est de toute beauté (écoutez l’instrumental et épique « Synergy » d’une durée de près de 13 minutes pour vous en convaincre). Après le séduisant Láquesis, l’atypique et théatral Fughu, le « SymphoniXien » Thabu, et le susmentionné Presto Vivace, Mindslave présente avec sa musique progressive moderne et diversifiée un énorme potentiel et nous prouve que la scène métallique argentine se développe de plus en plus pour nous proposer des productions de qualité. Je vous recommande cet album (élu coup de cœur du mois de septembre sur ce blog) disponible en format CD et numérique via le lien du label (voir ci-dessus).

Cover

Groupe : Collibus
Album : The False Awakening
Année: 2014
Origine: Angleterre
Genre: Power, Dark, Progressif
Groupes similaires : Nevermore, Sanctuary, Evergrey, Mystic Prophecy
Liens : site officiel, facebook

Résumé: Les groupes à chanteuses sont légions dans notre sphère métallique et principalement dans le registre gothique et symphonique. Par contre, dans un registre power et progressif, ils le sont moins. Avec Gemma Fox au micro, point de chant lyrique à l’horizon mais un timbre vocal dynamique, grave et puissant. Collibus vient de Manchester et malgré l’absence de signature par un label (ce premier album est une auto-production avec distribution indépendante), ils ont déjà acquis une certaine notoriété grâce notamment à Brian May (oui oui celui de Queen !) qui les aurait qualifiés de « phénomène capable d’explorer les limites du paysage metal avec un brio musical quasi terrifiant ». C’est tout dire ! Mais n’exagérons pas… Il est vrai cependant que l’album peut plaire à une large audience. Dans un style proche des groupes similaires cités ci-dessus, la musique de ces anglais est à la fois technique, progressive, mélodique, atmosphérique et puissante. Elle est servie de plus par une production percutante. A noter par ailleurs que la longueur de ce « False Awakening » avoisine les 70 minutes pour 14 titres (le choix du titre à vous faire écouter ne fut pas facile). Voilà assurément une belle découverte de cette année (intégrée dans la liste des meilleurs sorties) que je vous recommande évidemment.

Dans mon panier (Aout 2014#1)

18 septembre 2014 1 comment

Avec un léger retard, voici un petit aperçu de quelques acquisitions du mois d’août. Il s’agit (c’est un pur hasard) des albums dits « sophomore » (terme anglophone signifiant le deuxième) du groupe australien Hemina, des italiens de Flashback Of Anger, des brésiliens Age Of Artemis, et enfin du compositeur et multi-instrumentiste Fredrik Larsson avec son projet FreddeGredde.

Bonnes découvertes!

coverGroupe : Hemina
Album : Nebulae
Année: 2014
Origine: Australie
Genre: Dark Progressif
Groupes similaires : Haken, Evergrey
Liens : site officiel


Résumé
: Avec « Nebulae », les australiens d’Hemina confirment les excellentes critiques publiées à la suite du premier album intitulé « Synthetic » paru en 2012 (voir d’ailleurs mon billet à ce sujet ici). Un brin moins élaboré et moins sombre que son prédécesseur (il me semble) et bénéficiant d’une production plus cristalline, ce second opus explore à travers une nouvelle histoire conceptuelle toutes les richesses et tout le potentiel de notre musique favorite. Point de longueur et démonstration techniques inutiles, des harmonies instrumentales et vocales parfaitement équilibrées, des ambiances aux colorations très variées grâce notamment à un usage particulier des claviers et au duo de voix masculine/féminine entre le guitariste et compositeur Douglas Skene (son timbre vocal s’avère plus chaleureux que sur « Synthetic ») et la bassiste Jessica Martin, « Nebulae » prend tout naturellement sa place parmi les meilleures productions progressives de cette année.

Cover

Groupe : Flashback Of Anger
Album : T.S.R.
Année: 2014
Origine: Italie
Genre: Power, Progressif
Groupes similaires : Secret Sphere
Liens : site officiel


Résumé
: Dès les premières notes de « Mother’s Soldier », aucun doute ne peut subsister sur la provenance du groupe. En effet, le style et surtout le timbre vocal du chanteur nous conduisent vers la péninsule italienne où les formations pratiquant un power progressif sont légions. Parmi les ténors, citons DGM, Vision Divine, Secret Sphere, ou encore Ashent. Avec ce second opus, Flashback Of Anger peut également prétendre à une place de choix parmi les leaders de la scène italienne. Leur musique certes ne déborde pas de subtilités (l’aspect progressif me semble réduit par rapport à leur premier album « Splinter Of Life ») mais elle s’avère puissante et d’une efficacité redoutable. A noter la présence de l’incontournable Fabio Lione sur le titre « Black Prince ».

Age Of Artemis - The Waking Hour

Groupe : Age Of Artemis
Album : The Waking Hour
Année: 2014
Origine: Brésil
Genre: Power, Progressif
Groupes similaires : Angra, Aquaria
Liens : site officiel


Résumé
: Il y a un peu plus 2 ans, « Overcoming Limits », le premier album du groupe, produit par Edu Falaschi, avait déjà fait l’objet dans ce blog d’une chronique brève mais positive (voir ici). Pour cette nouvelle production, la recette concoctée par les brésiliens s’avère semblable, à savoir du power (pas trop) progressif (un peu) mélodique (surtout) fortement inspiré de leurs aînés et compatriotes d’Angra. Cependant, même si l’interprétation est sans faille, les soli de guitare harmonieux et frissonnant, les mélodies bien ficelées, l’album ne me procure pas autant de satisfactions que son prédécesseur. J’attendais sans doute plus d’audace et plus de références à leur pays d’origine, ainsi qu’un titre plus épique à l’instar de l’excellent « God, Kings and Fools » du premier opus. Mais ne vous méprenez pas, « The Waking Hour » reste tout de même un album au-dessus de la moyenne et agréable à écouter et puis, cela nous permet de patienter encore quelque peu avant de pouvoir goûter à des nouvelles discographiques de leurs aînés susmentionnés.

FreddeGredde - Brighter Skies

Groupe : FreddeGredde
Album : Brighter Skies
Année: 2014
Origine: Suède
Genre: Rock Progressif
Groupes similaires : Ayreon
Liens : site officiel


Résumé
: A l’instar du français Philippe Luttun dont je vous recommande par ailleurs non seulement l’album « Taste of Wormwood » (voir billet ici) mais aussi et surtout « Ring Down The Curtain » (à mon sens supérieur), voici à nouveau un artiste compositeur et multi-instrumentiste réalisant ses projets dans leur entièreté seul, assumant également les parties vocales. La musique de ce suédois dont le vrai nom est Fredrik Larsson, est un enchantement pour nos ouïes. Œuvrant dans un registre plutôt rock progressif à tendance folk, l’album contient néanmoins de nombreuses touches métalliques dont la virtuosité rappelle quelque peu Dream Theater. La légèreté du timbre vocal de Fredrik (celui-ci s’écarte sensiblement de ce que l’on a l’habitude d’entendre) confère à l’ensemble une douceur très agréable à écouter même dans les passages plus enlevés. A noter un dernier titre de toute beauté intitulé « Ocean Mind » et long de plus de 18 minutes.  Je vous invite vivement à découvrir sans tarder cet artiste via son site officiel.