Accueil > Chroniques > Ce que je pense (brièvement) de … (3ème partie)

Ce que je pense (brièvement) de … (3ème partie)

Dans ce 3ème chapitre (qui a déjà pris du retard) de la série ‘Ce que je pense (brièvement) de …", j’aborderai le mois d’avril avec le retour totalement inattendu d’un des fleurons de la New Wave Of British Heavy Metal, à savoir Angel Witch et leur nouvel album "As Above, So Below", un de mes derniers albums du moment "The Devil’s Resolve" de Barren Earth, et enfin, les canadiens de Southern Cross avec "From Tragedy".

Angel Witch – As Above, So Below (avril)

T01927

Quelle ne fut pas ma surprise d’apprendre qu’une des légendes de la période faste du Heavy Metal britannique (vous savez de quel mouvement du début des années 80 je veux parler) préparait son retour après plusieurs années d’absence. Même si la carrière du groupe n’a pas décollé comme celle de certains compatriotes de l’époque, je considère leur premier album comme une œuvre culte devant figurer dans toute bonne CDthèque qui se respecte. Angel Witch nous revient donc avec un "As Above, So Below" au style résolument classique, teinté d’un brin de nostalgie mais doté d’un son et d’une production moderne en béton. Les compositions simples mais d’une efficacité redoutable, les ambiances un peu sombres font mouche et la voix ainsi que la guitare du maître d’œuvre et seul rescapé de l’époque glorieuse Kevin Heybourne font encore merveille. Certains trouveront la musique un peu vintage mais pour quelqu’un qui comme moi a grandi et fait ses premières armes métalliques avec l’émergence de la NWOBHM, cet album est assurément une bonne surprise et mérite sa place parmi les meilleures réalisations de l’année.

Barren Earth – The Devil’s Resolve (avril)

Barren Earth - The Devil's Resolve

Figurant déjà parmi les meilleures révélations de l’année 2010 avec leur première œuvre intitulée "Curse Of The Red River", ce groupe, avec Amorphis, a sans aucun doute largement contribué à développer mon intérêt pour des courants un peu plus extrêmes mais toujours liés de près ou de loin aux sphères progressives. Et à nouveau, cette seconde offrande confirme mes humeurs précédentes à leur sujet. Un mélange de genres et de sonorités, l’alternance chant clair et growls, une production d’une puissance imparable, des musiciens à la technique irréprochable et des compositions élaborées rendent l’ensemble d’une intensité musicale et émotionnelle élevée. Mon souhait le plus cher serait qu’ils adoptent le chant clair comme style vocal principal, celui-ci véhiculant en effet beaucoup plus d’émotions. S’il ne fallait ne retenir qu’un seul titre, ce serait "As It Is Written", véritable pépite avec ses relents celtiques et un riff plombant digne d’un Tommy Iommi. Vous l’aurez compris, cet album est encore bien parti pour une place de choix sur le podium du Best Of de l’année 2012.

Southern Cross – From Tragedy (avril)

Southern Cross - From Tragedy

Il m’arrive de temps en temps de revoir à la hausse certains de mes jugements sur des albums qui les premiers temps ont suscité chez moi un sentiment de scepticisme mais qui par la suite, se sont révélés au fur et à mesure des écoutes, plutôt réjouissants (dernier en date "Lost In The New Real" de A. Lucassen). Dans le cas du groupe canadien Southern Cross, et c’est déjà la seconde fois cette année après Lord Of Mushrooms, c’est l’inverse qui se produit. Ayant apprécié leur précédent opus "Down Below" ainsi que les extraits de "From Tragedy", je n’ai pas hésité à commander leur nouvelle production. D’ailleurs, la découverte de cet album était plutôt positive, m’incitant même à le classer (un peu prématurément) dans la liste des meilleurs de cette année. Mais voilà, après de nombreuses écoutes, je dois maintenant me raviser et calmer mes ardeurs. Je pourrais résumer la suite par un commentaire lu sur le site français Heavylaw à propos de la chronique de l’album: "pas très métal tout ça" Commentaire que je ne comprenais pas du tout … au début … car en y réfléchissant bien, il ne s’avère pas si innocent que cela. En effet, mis à part 2 titres longs (le 1er et le 6ème et avant dernier) aux mélodies progressives soignées mais qui semble avoir toutes les peines à décoller, et un dernier plus agressif mais malheureusement entaché d’un chant growl inopportun (pour ne pas dire désagréable), le reste est plutôt soporifique et trop léger malgré quelques orchestrations et des passages mélodiques un peu plus excitants. Bref, un album au final très décevant sans véritables intensité et émotion musicale. Cela justifie donc son récent retrait de la liste des meilleurs de l’année.

Advertisements
Catégories :Chroniques Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l'instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s