Accueil > Chroniques > L’automne … & ses déceptions

L’automne … & ses déceptions

Comme évoqué dans un billet précédent, la fin de l’été et le début de l’automne nous ont livré parmi les sorties récentes quelques grosses déceptions et non des moindres. Souvenez-vous, l’année dernière à pareille époque, je vous faisais part de mon désarroi face aux nouvelles productions de Angra, Therion ou encore Kamelot. Cette année, c’est au tour de Opeth, Pain Of Salvation, Redemption et Arch / Matheos de subir mes humeurs contrariées.

Opeth – Heritage

Opeth - Heritage

Commençons donc d’abord par un des albums les plus controversés du moment, à savoir “Heritage” d‘ Opeth. La couleur avait été annoncée quelque temps avant la sortie. Le nouvel ouvrage de Mikael Åkerfeldt serait à mille lieues de leur style habituel, abandonnant riffs torturés, mélancoliques et chant death au profit d’un rock progressif aux sonorités très seventies. Même si l’absence de vocaux extrêmes à priori ne pouvait que me plaire, je dois avouer maintenant ne pas du tout adhérer à cette œuvre qui au demeurant n’est pas désagréable à écouter, que du contraire, mais qui pour moi ne devrait pas être publiée en tant qu’ album d’ Opeth. Certes, tout musicien a le droit de toucher à d’autres horizons musicaux et se faire plaisir mais j’estime qu’un groupe n’appartient pas seulement à son ou ses maitres à penser, il appartient également à ses fans. Pourquoi ne pas avoir présenté cet album comme un projet parallèle (puisque les membres sont identiques) et non comme une nouvelle production d’ Opeth? La presse (du moins les quelques chroniques de webzines que j’ai eu l’occasion de parcourir) semble pourtant encenser cet album, et il est vrai que dans son genre il est plutôt réussi mais il a tout de même de quoi dérouter la plupart des fans. Aussi agréable qu’il soit à l’écoute, je ne peux m’empêcher de le trouver quelque peu soporifique et trop fourni en passages musicaux “vides”. Dommage …

Pain Of Salvation – Road Salt Two

Pain Of Salvation - Road Salt Two

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, je ne me suis jamais vraiment intéressé de près à ce groupe suédois malgré sa quinzaine d’années d’existence, ses 8 albums studio, et surtout sa renommée, les chroniques élogieuses et le nombre de formations le citant comme référence. De plus, il a la réputation d’associer merveilleusement dans leur musique progressive l’émotion à une grande maîtrise technique, tant au niveau de l’instrument que du rythme ou de l’harmonie. Mais voilà, je ne sais trop pourquoi il manquait encore à ma CDthèque. En allant donc chez mon disquaire et voyant leur nouvel opus “Road Salt Two” dans les bacs, je me suis dit: “pourquoi pas?”. Et bien, mal m’en a pris! Car, en dépit du fait que l’album regorge de très belles harmonies vocales, nous sommes très éloignés du progressif pour avoisiner un style et des sonorités plutôt brutes et vintage, un peu à l’instar d’ Opeth.  Déception supplémentaire donc … mais sans doute n’aurais-je pas du commencer par celui-là! J’ai donc depuis commandé leurs œuvres “The Perfect Element I” et “Be”. Et là, c’est effectivement du grand art…

Redemption – This Mortal Coil

Redemption - This Mortal Coil

Alors que les notes que j’avais attribuées aux précédents albums (depuis “The Fullness Of Time”) étaient assez élevées (mais avec tout de même une légère baisse de régime sur “Snowfall On Judgement Day”), sur ce dernier opus de Nick Van Dyk & consorts et malgré plusieurs écoutes, je ne parviens pas à en apprécier la musique ni même les parties vocales de Ray Alder tant d’une part la production de Neil Kernon est pour moi un échec, le son principalement des guitares étant trop brouillon et d’autre part, les compositions manquent cruellement de mélodies et de saveurs. L’album par moment m’est vraiment insupportable… Et le CD bonus de l’édition limitée ne fait qu’accentuer ce sentiment. C’est d’autant plus dommage qu’une des reprises de ce 2ème CD “Edge Of The Blade” est l’un de mes titres favoris de Journey. C’est assurément l’une de mes plus grosses déceptions de l’année.

Arch / Matheos – Sympathetic Resonance

Arch Matheos - Sympathetic Resonance

Pour l’album “Sympathetic Resonance”, fruit de la collaboration entre John Arch et Jim Matheos, je me dois de moduler mes humeurs. En effet, il m’est difficile de porter un jugement clair à son sujet car même si je reconnais la qualité des compositions et de la production, la voix très nasillarde de John et le manque de mélodie vocale me rebutent quelque peu. C’était déjà le cas à l’époque de Fates Warning… Bref, je vais tâcher de prendre un peu plus de temps et de recul pour l’apprécier à sa juste valeur…

 

A bientôt pour d’autres chroniques qui elles devraient être plus positives (comme par exemple Subsignal). Certains albums ne me sont pas encore arrivés (Myrath, Anubis Gate, Voyager, Vangough, Haken), mais cela ne devrait pas tarder. A nouveau par manque de temps, je serai sans doute obligé de faire l’impasse sur quelques-uns…

Advertisements
Catégories :Chroniques Étiquettes : , , , ,
  1. 26 octobre 2011 à 11 h 26 min

    Bonjour Papiprog,
    Je suis sidéré de cette news car elle correspond en tous points à ce que je pense de ces 4 albums si attendus. L’Opeth est excellent mais ne ressemble pas à du Opeth ; Le PoS est décevant pour un grand fan que je suis. La voix de John Arch reste insupportable, et ce, depuis 30 ans. Seul bémol sur le Redemption qui m’a fait le même effet à la première écoute, mais qui a su m’embarquer depuis, à force de perséverence. J’avoue tout de même qu’il est bien en dessous de ses deux prédécesseurs.
    Bref, merci pour votre travail car il m’a permis de découvrir des groupes fantastiques (Arcane, Caligula’s horse, Innosense, etc), et comme on est visiblement sur la même longueur d’onde, ça promet pour la suite …
    Progressivement,
    OBracer

  2. Pikatchou58
    28 octobre 2011 à 11 h 23 min

    Stupéfiant, j’ai fais exactement la même analyse… Pikatchou

  3. 31 octobre 2011 à 10 h 20 min

    Déçu également par le dernier Redemption. J’avais pourtant lu d’excellentes chroniques mais je ne retrouve pas l’emphase ni les mélodies envoûtantes des autres albums. Une relative déception donc…

  1. 9 septembre 2014 à 12 h 13 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s