Accueil > Chroniques > Anthriel – The Pathway

Anthriel – The Pathway

A l’instar de Dream Theater, Symphony X est certainement l’une des influences majeures citées par de nombreux groupes de la sphère métallique progressive. Dernier en date, Anthriel, jeune formation finlandaise menée de main de maître par le guitariste et principal compositeur Timo Niemisto, et venant de sortir au mois de septembre un premier opus intitulé “The Pathway” chez Lion records.

Anthriel - The Pathway

La ressemblance avec leurs aînés est assez flagrante, encore plus que pour Forever’s Edge ou Myrath (les 2 albums de cette année me venant tout de suite en tête en terme d’accointance “Symphonyxienne” avec cependant une propre personnalité développée par le groupe tunisien de par ses sonorités orientales). Et il faut dire que l’illusion est presque parfaite tant on se plait à rêver à l’écoute des premières notes, que l’on tient entre ses mains le nouvel album de nos chers américains. C’est lors de l’intervention du chanteur Silmo Silvan, que l’on déchante un peu (façon de parler!) et que l’on comprend avoir plutôt affaire à un clone, avec la différence principale se situant au niveau du timbre de voix, excellent au demeurant, mais moins puissant que celui de Russell Allen. Un clone? Certes, mais de très grande qualité et faisant preuve d’une excellente maturité pour une toute première œuvre.    

La structure de l’album est de facture classique pour ce style musical. Des morceaux d’une durée moyenne relativement longue (cela navigue entre 5 et 6 minutes) avec quelques interludes ou passages instrumentaux et un morceau final plus épique d’une longueur avoisinant les 14 minutes. L’interprétation de chaque musicien est sans reproche, la production sans faille (elle est également signée par le guitariste) et tous les ingrédients d’un bon album progressif et néo-classique s’y trouvent: des titres très travaillés depuis l’introduction jusqu’à l’épilogue, un chant mélodique mais capable aussi de se faire plus rageur, des changements de rythmes agrémentés de solos ou même de duos entre les guitares et les claviers tout en harmonies, quelques orchestrations bien pensées. Bref, “The Pathway” me rappelle fortement le cinquième album de Symphony X intitulé “V, The New Mythology”. 

Point de titre faible et les morceaux à retenir sont “Devil’s Lullaby”, “Mirror Games”, “Guardian”, “Haven Of Grace” et “Chains Of The Past”.

On le sait depuis longtemps, la scène scandinave est très prolifique et d’excellente qualité. Preuve en est, le même jour et par le même label était distribué l’album d’un nouveau promu nommé Mindsplit, d’origine suédoise, qui a également intégré la liste des meilleures nouveautés de cette année, et qui fera l’objet d’une (ou de la) prochaine chronique.

Alors, Anthriel, pourra-t-il se faire une place de choix parmi les excellentes et nombreuses formations nordiques? Au vu des talents de ses musiciens et de son compositeur, je le pense, mais il devra certainement développer un peu plus de personnalité.

Advertisements
Catégories :Chroniques Étiquettes :
  1. Aucun commentaire pour l'instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s