Accueil > Chroniques, Nouveautés > En ce début novembre…

En ce début novembre…

… 3 nouveautés sont venues enrichir ma “CDthèque”: les derniers albums de Transatlantic et de Hourglass, et l’avant dernier de Paradise Lost.

Transatlantic est ce qu’on appelle communément un super groupe composé de Neal Morse (ex Spock’s Beard) aux claviers et chant, Mike Portnoy (Dream Theater) à la batterie, Roine Stolt (The Flower Kings) aux guitares et Pete Trewavas (Marillion) à la basse. L’album s’intitule “The Whirlwind” et ne contient qu’une seule plage de près de 78 minutes mais divisée cependant en 12 parties distinctes. Leur précédent album date déjà de 2001. C’est aussi le 1er album que j’achète et j’avoue que c’est surtout la présence de Neal Morse et de Mike Portnoy qui m’a incité à acquérir ce genre de disque qui à priori semblerait un peu trop orienté rock progressif, et donc un trop soft à mon goût pour assouvir ma soif métallique. Mais (est-ce l’âge?), comme cela a déjà été le cas avec Knight Area le mois passé, quelques incursions dans un style moins heavy mais néanmoins très progressif me procurent également beaucoup de plaisir. Le plaisir d’avoir le sentiment d’être emporté dans un long et riche voyage musical aux multiples références aux années 60 (un peu avec les Beatles principalement sur le 2ème CD bonus avec la chanson Lenny Johnson) et surtout à l’âge d’or du rock progressif, les années 70.  La prestation des musiciens est évidemment impeccable et la production vraiment irréprochable.  Un album qui pourrait prétendre au titre d’album du mois de novembre mais attendons un peu les prochaines sorties…

Transatlantic - The Whirlwind (2009)

Hourglass est un groupe US de métal progressif ayant à son actif 4 albums dont le dernier “Oblivious To The Obvious” est sorti en ce début d’année 2009 mais a seulement débarqué chez mon disquaire la semaine passée. En effet, c’est un album totalement autoproduit et qui n’était disponible jusqu’alors que via leur site internet du groupe grâce au système PayPal puisqu’ils n’ont pas de label.

De bout en bout, l’album qui comprend 2 CDs et s’étale sur près de 140 minutes, est superbement réalisé. Le travail de chaque instrument, et principalement de la basse est remarquable de maîtrise. L’atmosphère se dégageant de cet album peut être tantôt puissante et lourde comme sur le premier morceau “On The Brink”, tantôt mélancolique et mélodieuse comme sur “Homeward Bound”. Les ambiances sont donc très fouillées et variées. Nous avons même droit à de l’acoustique avec une guitare hispanisante sur la 3ème plage du 1er CD: “Pawn II”.

Je vous invite vraiment à découvrir cet album. Il n’est certes pas évident d’accrocher au début,  mais il se révèlera certainement petit à petit à vos oreilles au fur et à mesure des écoutes.

Hourglass - Oblivious To The Obvious (2009)

Quant à Paradise Lost, l’achat de leur dernier album m’a incité à également découvrir leur galette précédente sachant que celle-ci s’avérait dans le même style et même supérieure selon les chroniques de certains webzines. Et je ne démentirai pas effectivement. J’ai une préférence pour cet album “In requiem”.

Paradise Lost - In Requiem (2007)

Advertisements
Catégories :Chroniques, Nouveautés Étiquettes : , ,
  1. Aucun commentaire pour l'instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s